• Nous sommes descendus très bas, et cette vie,
    Où nous venions trop tard peut-être, a contenté
    Si mal en ses désirs notre âme inassouvie,
    Qu’il lui plaît de sortir d’un monde sans beauté.

  • Eux-mêmes les savants, ces scrutateurs des causes,
    Sans cesse poursuivant la vérité qui fuit,
    N’ont pu faire un seul pas hors de l’ombre des choses,
    Et, nous contant leur fable, ils rentrent dans la nuit.

  • Les sages te l’ont dit : cette vie est un songe,
    Une chose est certaine, et le reste est mensonge,
    Une chose est certaine ainsi que nos amours,
    La fleur s’épanouit, puis meurt, et pour toujours.

  • Sois jaloux en voyant la rose qui s’effeuille;
    Elle sourit et dit à celui qui la cueille
    Déchirant le cordon de ma ceinture, enfin,
    Je répands mes trésors d’amour sur le jardin!

  • Que d’êtres non vivants qui vivent sur la terre !
    Que d’autres enfouis au séjour du mystère !
    Et devant ce désert du néant, je me dis
    Que d’êtres y viendront, combien en sont partis !